logo banque centrale des comores

ABC DE L'ÉCONOMIE
> Voir le lexique

Communiqué de presse

21 juillet 2016

Le développement rapide du secteur bancaire au sein de l’Union des Comores nécessite la création d’un environnement de risque de crédit maîtrisé. En effet, les banques et établissements financiers de la place sont de plus en plus confrontés aux problématiques de risque de crédit ainsi qu’à l’utilisation croissante des moyens de paiement. Le manque de fluidité et de régularité dans le partage d’informations entre les banques et les établissements financiers constitue un problème majeur à cet égard.

C’est dans cet esprit que la Banque Centrale des Comores, en tant qu’entité de tutelle et de supervision des établissements de crédit agréés, a décidé de lancer un vaste projet de création d’une « Centrale des risques et des incidents de paiement » (CdRIP), en collaboration avec la profession bancaire. La CdRIP, placée sous la supervision de la Banque Centrale des Comores, est constituée de :

* Une centrale des risques répertoriant les informations sur les crédits et concours bancaires et les impayés associés à ces engagements,

* Une centrale des incidents de paiement répertoriant les infractions liées à l’utilisation des moyens de paiement.

L’objectif général de cette centrale est de limiter les risques de crédit et des incidents sur les moyens de paiement, d’offrir une meilleure visibilité aux établissements de crédit sur les clients et de donner aussi à la Banque Centrale des informations utiles sur le fonctionnement du système bancaire. Cela se traduit concrètement par le fait de :

* Donner aux banques et établissements financiers des renseignements sur la solvabilité, le niveau d’endettement, le niveau d’utilisation des demandeurs de crédit, facilitant ainsi l’octroi de crédits et l’autorisation de concours bancaires,

* Identifier les mauvais payeurs,

* Permettre de réduire les incidents de paiements en vue de faciliter le développement de l’utilisation des moyens de paiement scripturaux ainsi que leur acceptabilité,

* Enrichir l’information dont la BCC dans le cadre de ses activités d’études et de supervision bancaire et de lui donner une visibilité sur la qualité globale du portefeuille de crédit du secteur bancaire,

* Permettre à terme une évaluation des entreprises en termes de solvabilité et de qualité de signature,

* Prévenir le surendettement des ménages,

* Améliorer l’utilisation du chèque et d’autres moyens de paiement.

Le lancement officiel de la « Centrale des risques et des incidents de paiement » est fixé au mercredi 29 octobre, avec la mise en production de la solution sur l’ensemble du système bancaire.

Ainsi, cet outil, qui permet la connaissance immédiate par la profession bancaire de données négatives et positives de crédit, contribuera à améliorer la gestion des risques bancaires tout en encourageant les banques à s’engager davantage dans le financement de l’économie comorienne.

La Banque centrale renouvelle ses remerciements au Gouvernement comorien, au Trésor Français, à l’AFD, à la Banque de France et à l’IEDOM pour le concours apporté à ce grand projet. Elle remercie également les Directeurs généraux des établissements de crédit et tous les experts pour leur forte implication.


CONVERTISSEUR DE DEVISES

 

Taux d'intérêts : Janvier 2017 (%)

Avance Etat 1,149
Dépots non soum. obl. 0
Reser. obligat. 0
Escompte BC 1,149
Comptes sur livret 1,75
Tx debiteurs 7 à 14

Indicateur socio-économique

Taux pop +2,1%
Pop. totale 670 000
Densité 310h/km2
Croissance(2015) 1% (prov)
Inflation (2015) 1,3% (prov)

Taux d'inflation

fermeture

Envoyer la page à un ami

Nom:
E-mail:
Confirmation E-mail:
Email de votre ami:
Objet:
Message: